Musique


Le 20 septembre, une soirée « indie rock club » était proposée par le Cabaret électric, au Havre. Les Lemonheads en constituait la tête d’affiche et le retour après plusieurs années d’absence de ce groupe issu de la scène alternative américaine était ma foi fort prometteur.

Premier à monter sur scène, Tahiti Boy nous livra un set plus qu’honorable autour de compositions pop nous rappelant que la beauté s’exprime avant tout par la simplicité. Je suis impatient d’écoute son album.

Ensuite, ce fut le tour de Pivot, un groupe australien, qui a du rendre sourd bon nombre de kangourous tant ses morceaux surement très élaborés n’eurent malheureusement comme effet que de me faire regretter de ne pas avoir pris de boules Quiès.

Puis, les Futureheads prirent la scène d’assaut et furent sans nul doute les électrochocs  de cette soirée. J’eu l’impression d’écouter les Jam en accéléré. Une vraie claque comme je n’en avais pas pris depuis longtemps. Ah la prude Albion est décidément une bien belle telle musicale….

Enfin, après une certaine attente voire une attente certaine, Evan Dandon et ses nouveaux musiciens enchainèrent les titres qui firent les beaux jours des Lemonheads durant les années 90. Mais, la magie ne fut malheureusement pas présente. En effet, dès les premières minutes, il n’y eu plus aucun doute, Evan Dando n’avait pas mis à profit son break de plusieurs années pour régler ses vieux démons. C’est donc avec une voix éraillée, cherchant ses mots voire même ses accords qu’il nous apparu. J’essaya tant bien que mal de penser à ces petits bijoux finement ciselés que j’avais en tête en venant au concert mais je ne pu assister à ce massacre plus longtemps. C’est donc l’âme en peine que je quitta la salle avant la fin de cette triste prestation. Certains m’ont répondu sur un autre blog que c’était là une constante dans la carrière d’Evan Dando et que cela faisait partie de la beauté de l’artiste, sorte de loser magnifique… à chacun sa part de vérité. 

Pour prolonger le commentaire de Samstress sur mon précédent billet, je vous propose une vidéo très old-school de Sharon Jones and the Dap-Kings.

De la bonne musique soul comme on aimerait en entendre plus souvent.

Pour en savoir plus, vous pouvez aller sur la page myspace ou le site personnel de Nicole Willis.

L’ancien chanteur des Housemartins et Beautiful south sortira son second album solo cet été. Intitulé « The cross eyed rambler », il sera dans les bacs le 7 juillet et contiendra 11 titres. Le premier single « Mermaids and slaves » le précèdera le 30 juin.

Le nouvel album de Morrissey s’appellera « Years of refusal ». Selon le site True to you auquel il se confie régulièrement, l’album sortira en septembre et contiendra 12 titres. Il est produit par Jerry Finn.

Auparavant, une réédition de « Southpaw grammar » est prévue pour juillet. Elle comprendra 3 titres inédits et un nouveau livret.

Un des plus appréciés de la scène mod parmi les organistes de jazz et de blues, Jimmy McGriff est mort samedi dernier (24 mai) d’une crise cardiaque dans la ville de Voorhees (New Jersey). McGriff a souffert de sclérose en plaques durant de nombreuses années. Il avait 72 ans.

Né à Philadelphie en 1936, ses parents lui apprirent l’orgue durant son enfance. Très tôt séduit par Jimmy Smith, il pris des leçons et forgea son métier avec des organistes renommés comme Jimmy Smith et Richard Homes. C’est en interprétant dans un club du New Jersey en 1962 son interprétation instrumentale du titre « I got a woman » de Ray Charles qu’il fut repéré et signa un contrat avec Sue records. Cette chanson fut un tube et suivie d’un album puis d’un autre hit (« All about my girl »).

Sa marque de fabrique durant les années 60 était son jeu très entrainant sur son orgue Hammond B-3. Son son favori fut toujours le blues. Comme il disait lui-même, Jimmy Smith est le roi du jazz sur son orgue mais quand on passe au blues, je deviens inaccessible. Durant ses 40 ans de carrière, il a joué avec des pointures comme Junior Parker, Buddy Rich et Hank Crawford. Il laisse une femme et deux enfants. (Traduction personnelle d’un article paru sur le site Modculture)

Vodpod videos no longer available.

more about « Turn blue (Jimmy Mcgriff)« , posted with vodpod

L’album « Stoned woman » de Mother earth a été réédité pour fêter les 20 ans du label Acid jazz (James Taylor Quartet, Corduroy, Galliano….). Le site anglais Modculture

propose d’en faire gagner 5 exemplaires, par tirage au sort (il suffit de laisser ses coordonnées).

Si vous ne connaissez pas, ne vous laisser pas dégouter par la pochette assez immonde, le contenu dans la veine fin 60’s/début 70’s est vraiment excellent !

 

Page suivante »